La planète Terre en danger, Les extraterrestres joueraient-ils un rôle ?

       Les alertes, les sonneries d’alarme, avaient retenti depuis fort longtemps, attirant l’attention des dirigeants du monde, les politiques en l’occurrence, pour prendre conscience des dangers qui guettent notre planète.

       Dans ce contexte le rapport Bariloche, résultat de recherches pionnières réalisées dans les années 70 par une équipe dirigée par le géologue autrichien Hermann Kahn, avait conclu que la Terre, notre biotope à tous, s’acheminerait vers une asphyxie planétaire à l’Horizon 2064.

       La démarche consistait à introduire des données statistiques, économiques, démographiques, industrielles, sanitaires, environnementales, portant sur l’état des lieux à l’époque et en conjuguant les tendances futures sur la base des rythmes et taux de croissances des principales  variables. Le tout à travers un modèle mathématique sur ordinateurs interposés. La revue « Sciences & Vie », au milieu des années 70, avait publié un dossier avec des extraits de ce rapport mentionnant les principales conclusions. Le rapport Bariloche avait montré aussi qu’en fixant d’avance l’année 2064, tout en modifiant les données sur la base d’une activité industrielle moins destructrice pour l’environnement, et des relations internationales plus solidaires, se résumant en une aide à hauteur de 1% du PIB des pays riches envers les pays pauvres, notre planète serait dans un état meilleur que celui dans lequel elle se trouvait au milieu des années 70.

       Malheureusement ce cri d’alarme émanant d’une équipe scientifique avérée et avertie, n’a trouvé aucun écho auprès des décideurs politiques de l’époque et leurs successeurs. C’est tout récemment que le réchauffement climatique a été reconnu par l’ensemble des pays du monde, y compris les USA, comme la résultante de l’œuvre humaine, et que l’Homme en assume la totale responsabilité. Cette volte-face s’est opérée après l’émergence d’un consensus au sein de la communauté scientifique qui a mis en évidence la responsabilité de l’Homme dans la dégradation de l’environnement.

       Ce changement au niveau de la conscience des décideurs politiques n’a pas encore permis une percée multilatérale tangible en matière de lutte contre le réchauffement climatique, mais des avancées notables ont été réalisées, surtout après le vote d’un accord au Parlement européen sur un plan d’action représentant un paquet de mesures sur l’énergie et le climat. L’objectif comme l’a souligné le ministre français de l’Environnement Jean Louis Borloo, dont le pays préside l’UE jusqu’à fin décembre 2008, est de mettre le cap sur Copenhague, lieu de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se déroulera du 7 au 18 décembre 2009, dans le but d’arracher un accord mondial. Dans ce contexte l’UPM a retenu comme priorité la question de l’environnement pour asseoir un programme ambitieux de développement durable dans l’ensemble de la Méditerranée, qui compte 800 millions d’habitants, et qui concentre 30% du fret maritime mondial et 25% du trafic des hydrocarbures.

       Cette dynamique tardive n’est pas totalement rassurante, car entre-temps les dégâts dont pâtit l’écosystème sont énormes. La fonte des glaces de l’Arctique, qui a atteint des niveaux sans précédent, en est un indicateur de la dégradation de notre écosystème, notamment sous l’effet nuisible des gaz à effet de serre. L’indifférence des USA, pourtant premier pays pollueur, et qui sont restées en dehors de l’accord de Kyoto, constitue une autre preuve du niveau d’insouciance de l’espèce humaine, face aux risques et dangers qui hantent notre planète Terre. Ceci nous amène à estimer que des extra-terrestres, dont la manifestation dans nos cieux a été mise en évidence, si on croit les ufologues, à multiples reprises, pourraient entrer en ligne pour sauver notre globe d’une asphyxie planétaire probable, vu la frilosité de la réponse et réactions des habitants de la Terre. Sachant que les OVNI ne pourraient provenir que des civilisations extra-terrestres, techniquement supérieures à nous, il ne serait pas exclu qu’ils interviendraient d’une manière sensée, en nous aidant à résoudre des problèmes techniques en nous transférant certaines de leurs connaissances scientifiques, et peut être aussi en nous exhortant sous la contrainte à reconsidérer rapidement et efficacement notre approche du développement durable !

       Thameur MAATOUG

A propos Thameur MAATOUG

160360 Sfax

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire