En quelques lignes

Centenaire de Chebbi

Poète de la liberté, de l’amour et de la résistance, Aboulkacem Chebbi est né le 24 février 1909 dans la petite localité de Chebba, dans la région de Tozeur. Il est mort 25 ans après, soit le 9 octobre 1934 à Tunis, des suites d’une grave maladie.
Son itinéraire s’est confondu avec une étape assez particulière de l’histoire de la Tunisie : celle qui a vu germer le mouvement pour la libération nationale. L’œuvre de celui à qui l’on doit l’hymne national tunisien est bien connue dans le Monde arabe et même au-delà. Certains de ses poèmes ont été traduits dans une quinzaine de langues dont le français, l’anglais et l’espagnol. Ils ont été également interprétés par de grands noms de la chanson arabe, aussi bien au Maghreb qu’au Machreq.
Poète doublé d’un grand penseur et écrivain, malgré son jeune âge, il avait suscité des polémiques suite à une conférence donnée le 1er février 1929 à la Khouldounia sur « L’imagination poétique chez les Arabes ».
Les festivités du centenaire de sa mort viennent de démarrer à Tozeur. Elles se poursuivront jusqu’en octobre prochain.

Salon médical tuniso-libyen

Un salon –le premier du genre- offrant un vaste panorama sur les produits pharmaceutiques et les prestations médicales offertes en Tunisie vient de se tenir à Tripoli. On sait qu’un grand nombre de ressortissants libyens, souvent accompagnés de leurs familles, viennent se soigner tous les jours en Tunisie
Au-delà des centres de soins publics, hôpitaux et autres, la Tunisie compte près de 75 cliniques privées réparties sur l’ensemble du territoire.

Microsoft choisit Gafsa

Pour le lancement d’un nouveau programme baptisé « BizSpark », le géant américain de l’informatique a choisi la Tunisie et plus précisément la ville de Gafsa. Traduisons : il s’agit de la création de logiciels et la conception du web. Le choix de la Tunisie s’explique, a fait valoir une représentante de Microsoft, par l’existence de centres d’affaires, de pépinières d’entreprises et de pôles technologiques. Le programme s’adresse en particulier aux entreprises nouvellement créées et aux jeunes promoteurs dans le domaine de l’informatique.
Sur les 350.000 étudiants que comptent, à l’heure actuelle, les universités tunisiennes, 50.000 d’entre-eux sont inscrits dans des filières liées directement à l’informatique et l’Université de Gafsa a promis, d’ores et déjà, dans le cadre de ce programme, de leur prêter, si nécessaire, main forte.

Moncef BEN AMOR

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire