Guantanamo s’impatiente d’accueillir ses nouveaux hôtes

Que le Président Obama laisse la porte ouverte à des poursuites contre des membres de l’administration Bush qui ont couvert les méthodes d’interrogatoire de la CIA, est légitime et légal. Il a été largement plébiscité pour ça. Il n’use qu’avec modération de ses prérogatives contrairement à son prédécesseur George W. Bush, qui n’a jamais voulu coopérer avec la Chambre des représentants, devenue à majorité démocrate après les dernières législatives qui s’étaient déroulées avant les présidentielles de novembre 2008. Face aux scandales dont notamment les méthodes d’interrogatoires musclées de la CIA, les prisons et les vols secrets , les membres de l’équipe Bush ont dû démissionné les uns après les autres. Le Président sortant, ne s’est pas montré suffisamment coopératif avec son futur président Obama durant la période s’étalant du 4 Novembre 2008 au 20 Janvier 2009, date de l’investiture triomphal et de la prise de fonctions du premier président noir dans l’histoire de l’Occident. Au contraire, Bush a essayé de prendre des décisions au soir de son second et dernier mandat dans le but de multiplier les obstacles au futur président en liant ses mains et en entravant le Changement. Mais cela ne leur a pas suffit. Ils ont osé critiquer la décision d’Obama à propos d’éventuelles poursuites contre d’anciens dirigeants de l’équipe Bush. Ces gens réclament l’impunité malgré la situation dans laquelle ils ont laissé les USA et le monde, un désastre financier et économique, humanitaire et écologique, militaire et sécuritaire. L’actuel ministre de la Justice Eric Holder qui a prévenu que le droit serait appliqué, quels que soient les personnalités visées, ne croit pas aux deux poids, deux mesures. »Personne n’est au-dessus de la loi », a-t-il dit, précisant cependant que le département de la Justice n’avait pas l’intention de poursuivre les agents de la CIA qui ont agi « de bonne foi » et en vertu de règles édictées à plus haut niveau.Obama lui même n’a pas exclu que ceux ayant émis des avis juridiques autorisant des règles contraires à la loi, soient renvoyés devant la justice, ce que réclament d’ailleurs des associations de défense des droits de l’homme et des responsables de gauche.A quel stade s’arrêtera la polémique ? Au stade d’un rapport qu’émettra une « Commission Vérité » appelée à être mise en place, ou encore après des procès contre Cheney Rumsfeld, Rice , Rove et les autres ? Un épisode à suivre qui pourrait en être le dernier d’un feuilleton intitulé Guantanamo et qui dépasse la simple polémique entre Républicains et Démocrates. Nous vous invitons à redécouvrir notre article cosign頫 De grâce, ne fermez pas Guantanamo ». Thameur MAATOUG

A propos Thameur MAATOUG

160360 Sfax
Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire