Nouvelles mobilités touristiques

Source : Cahier Espaces n°100. Editions ESPACES Tourisme & Loisirs Mars 2009 – 124 pages

L’année 2008 marque probablement une rupture dans les comportements en matière de consommation touristique. Il faut dire que ce fut une année riche en événements, avec la flambée des cours du pétrole au premier semestre et, en septembre, le krach financier qui a marqué l’entrée dans une vaste crise économique mondiale.Préalablement à cette crise, la lente dégradation du pouvoir d’achat, la montée des préoccupations éthiques et environnementales, un certain écœurement face à la société de surconsommation… laissaient poindre le désir de consommer, et de voyager, autrement. L’époque bling-bling, avec sa demande pour toujours plus de séjours, toujours plus loin, semble terminée (même si elle est encore présente dans les analyses statistiques de l’année 2007). Place désormais au tourisme “durable” ! Avant, peut-être, de (re)découvrir le tourisme lent, pour de longs séjours ou voyages à pied, à vélo, en train…Pour répondre aux évolutions de la demande, les acteurs du tourisme vont devoir mettre les déplacements au cœur de leur action et s’approprier le concept d’écomobilité, avec la mise en place de modes de transport moins polluants (transports collectifs, transports doux).Mais cela ne se fera pas tout seul. Inventer de nouvelles mobilités pour un tourisme vraiment durable exige une véritable prise de conscience des enjeux, tant par les pouvoirs publics que par les opérateurs.

AU SOMMAIRE

1. L’émergence de nouveaux comportements

2. L’écomobilité touristique, un enjeu politique

3. L’adaptation progressive de l’offre

A propos Thameur MAATOUG

160360 Sfax
Ce contenu a été publié dans Lu pour vous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire