Tripatouiller les statistiques, la sale manie du gouvernement (ndlr.français)

Publié dans L’Expansion.com par Béatrice Mathieu, daté du 1er mai 2009 

Bloquer les études qui dérangent, ne retenir que les données favorables, changer de thermomètre quand la fièvre monte : des professionnels des chiffres dénoncent les dérives, toujours plus graves, du pouvoir.

 

Ils sont arrivés au rendez-vous discrètement, d’épais dossiers sous le bras, l’air décidé de ceux qui n’ont plus rien à perdre. Dans un café anonyme de Montparnasse, une poignée de statisticiens de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l’Education nationale ont décidé de tout déballer : le stress, la pression du cabinet et surtout la censure dont ils estiment faire les frais. En tant que service ministériel de statistique, la Depp a pour mission de réaliser des études, normalement rendues publiques, sur des sujets aussi variés que la scolarisation des enfants handicapés ou l’absentéisme dans les classes. « Montre-lui la liste des études qui n’ont pas été publiées« , lance l’un d’entre eux. Une bonne quinzaine au total. Vérification faite sur le site Internet du ministère : à la mi-avril, aucune note d’information n’avait été mise en ligne depuis décembre 2008. Le robinet avait déjà commencé à se fermer l’an passé avec la publication de 39 notes seulement sur douze mois, contre 51 en 2007. « Comment nourrir le débat public si plus rien ne sort ? » interroge amèrement une des statisticiennes, à la Depp depuis une dizaine d’années. « L’information chiffrée est verrouillée rue de Grenelle. Mais c’est le cas aussi à Bercy, aux ministères du Travail, de la Santé ou de la Justice« , affirme un autre.

Paranoïa collective ou réelle censure ? Le phénomène paraît en tout cas suffisamment répandu pour qu’une centaine de professionnels du chiffre aient décidé de créer un collectif, Sauvons la statistique publique, pour dénoncer les pressions gouvernementales. Car ces mathématiciens ont leur bible, un code de déontologie établi au niveau européen par Eurostat, l’organisme qui centralise les statistiques sur le Vieux Continent. Article 1 de ce code de bonne conduite : « L’indépendance professionnelle des autorités statistiques, à l’égard aussi bien des services et organismes politiques, réglementaires et administratifs que des opérateurs du secteur privé, assure la crédibilité des statistiques européennes« …

Dans l’article :

  • La délocalisation de l’Insee va déstabiliser les services statistiques

  • Certaines statistiques sont tronquées pour masquer la réalité 

Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’Expansion : Tripatouiller les statistiques, la sale manie du gouvernement

Ce contenu a été publié dans Lu pour vous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire