Le bio n’aurait aucune supériorité nutritionnelle

La parution d’une étude sur les produits bio, à la fin du mois de juillet, a fait l’effet d’une bombe. En effet les résultats de cette étude affirment que manger « bio » n’aurait aucun intérêt pour la santé. Vous imaginez le tollé que cela a dû provoquer tant au niveau des consommateurs partisans du bio, qui paient plus cher (environ 25%) des produits qu’ils considèrent meilleurs pour leur santé, qu’à celui des producteurs qui exploitent un filon qu’ils ne sont pas prêts à perdre.

L’étude réalisée par des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine pour le compte de l’Agence britannique des normes alimentaires (Food Standards Agency), consistait en un examen systématique de 162 études scientifiques publiées sur le sujet au cours des 50 dernières années. C’est l’étude la plus complète dans ce domaine jamais réalisée à ce jour, d’après l’agence britannique. Elle comprend deux parties distinctes : La première est une comparaison de la composition en éléments nutritifs des produits bio et des produits conventionnels ; et la seconde est un examen des avantages pour la santé que procurerait une alimentation bio.

Les résultats de cette étude révèlent que les produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas plus sains que les aliments ordinaires et n’offrent pas d’avantages nutritionnels supplémentaires. Que ce soit vis-à-vis des apports en calcium, en fer ou en vitamine C. Selon le directeur de la FSA  « cela ne signifie pas que les gens ne doivent pas manger des aliments biologiques. Cela montre qu’il y a peu de différence biologique entre la nutrition bio et l’alimentation conventionnelle et qu’il n’y a aucune preuve que les produits bio offriraient plus d’avantages pour la santé que des aliments traditionnels. Il existe, cependant, beaucoup d’autres raisons pour choisir de manger bio, telles que les préoccupations pour l’environnement et pour le bien-être des animaux ».

Il s’agit sûrement d’un coup violent porté à un secteur en plein développement. Le marché mondial du bio était estimé à 48 milliards de dollars en 2007.

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire