Climat : état d’alerte maximale

Copenhague, ce rendez-vous de la communauté internationale, tant attendu, accouchera-t-il de décisions pratiques pour sauver la planète d’un cataclysme certain ?
Il faut garder cet espoir, mais l’hésitation et un modeste engagement risquent de mettre en péril l’avenir de notre écosystème planétaire. Les médias au nombre de 56 étaient en état d’alerte maximale en publiant un édito commun pour signaler à juste titre le danger qui guette l’humanité entière et la lourde responsabilité historique qui incombe à notre génération, avec les dirigeants des grandes puissances économiques en première ligne.
Il ne s’agit plus de démontrer les causes du réchauffement et l’implication de l’homme, il s’agit d’agir et de ramener le niveau des émissions de carbone en 2050,et ce à travers des mesures pratiques, à la moitié du niveau des émissions de 1990. Un pari qui devrait cerner le réchauffement à seulement 2°Celsius, faute de quoi il y aurait des centaines de millions de réfugiés climatiques avec tout ce que cela impliquera de conséquenses au niveau de la sécurité et déclenchement de futures guerres de l’eau. Des îles, des villes entières sont menacées de disparaître de la carte avec la montée du niveau des océans si l’homme poursuivra sa gestion destructrice. Les pays pauvres sont les plus vulnérables face à ce fléau pour lequel ils ne sont pas responsables. Dans quinze jours nous saurons si l’entente universelle l’emportera face à ce défi existentiel.
Thameur MAATOUG

A propos Thameur MAATOUG

160360 Sfax

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire