Les fiançailles du couple Japon-Chine

Alain Peyrefitte annonçait depuis des décennies dans son livre intitulé « Quand la Chine s’éveillera le monde tremblera », l’arrivée de ce géant sur la scène internationale. Aujourd’hui, la Chine avec son taux de croissance le plus élevé dans le monde, qui se situe depuis des années autour de 10%, est devenu l’Eldorado des investisseurs étrangers et le conquérant économique par excellence des marchés américain et européen. L’une de ses derniers forcings prenait pour cible le Continent africain, notamment avec les mesures prises lors du sommet Chine-Afrique qui s’est déroulé à Charme El Cheikh. Paradoxalement son frère-ennemi asiatique qu’est le Japon, souffre depuis plus d’une décennie de la stagnation économique avec un taux de croissance autour de 0%. Mais les changements politiques de part et d’autre, ont fait qu’un réchauffement diplomatique graduel s’installe entre la Chine et le Japon. Le changement le plus important est l’accès historique de l’opposition japonaise au pouvoir mettant fin à un monopole des libéraux.
Le gouvernement nippon Hatoyama multiplie les gestes amicaux envers Pékin et les multiples ballets diplomatiques dans les deux sens attestent de l’inauguration d’une nouvelle ère entre les deux puissances asiatiques. Leur devise est d’orienter leurs relations bilatérales vers l’avenir et d’oublier les différends du passé, notamment le comportement de l’armée impériale en Chine lors de la deuxième guerre mondiale. Ce rapprochement sino-nippon suit maintenant un développement de la coopération sur les plans stratégiques et économique. Ni les gisements pétrolifères et gazifières en mer commune, ni l’affaire des raviolis avariés, ne pourraient faire obstacle à cette relance. Objectivement, Tokyo a besoin de la Chine en tant que atelier et aussi en tant que grand marché pour ses produits, alors que la Chine a besoin d’être « contaminée » par la technologie japonaise, très avancée et top niveau. Le couple vient d’annoncer cette alliance stratégique qui parait prendre l’habit de fiançailles entre la Chine et le Japon.
Thameur MAATOUG

A propos Thameur MAATOUG

160360 Sfax

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire