Le tourisme dans le monde : point de la situation

« La crise économique mondiale, à laquelle s’est ajoutée l’incertitude liée à la pandémie de grippe A(H1N1), ont fait de 2009 l’une des années les plus difficiles pour le secteur du tourisme », a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

Les arrivées de touristes internationaux au niveau mondial, pour du tourisme d’affaires, de loisirs ou autres, ont diminué de 4 % en 2009 pour se chiffrer à 880 millions. Une baisse qui aurait été plus importante n’eusse été la reprise de 2 % enregistrée au cours du dernier trimestre 2009 (après des baisses respectives de 10 %, 7 % et 2 % au cours des trois premiers trimestres).

Au même moment les recettes générées par le tourisme auraient diminué de 6 %.

Au niveau régional et à l’exception de l’Afrique, qui n’a pas suivi la tendance mondiale, toutes les autres régions du monde ont enregistré des résultats négatifs en 2009 :

– L’Europe a accusé une baisse de 6 %

-L’Asie et le Pacifique (-2 %)

-L’Amérique (-5 %)

-Le Moyen-Orient (-6 %)

-L’Afrique a enregistré une hausse de 5 % grâce notamment aux bons résultats des destinations subsahariennes.

Dans le bassin méditerranéen la baisse est de 7 % en 2009. META, l’Association méditerranéenne du tourisme, évalue à 279 millions les arrivées internationales en Méditerranée contre 300 millions en 2008.

En France le secteur du tourisme a fait preuve d’une bonne résistance en 2009 en dépit de la crise. Le chiffre d’affaires reste stable malgré la baisse du nombre de touristes  évaluée à 3%. La désaffection des étrangers a été compensée par les Français qui sont restés plus nombreux dans l’hexagone pour leurs vacances. La France garde ainsi le leadership mondial des destinations touristiques.

Pour sa part, l’Espagne a perdu 5,3 millions de touristes en 2009 ce qui représente une baisse de 9 %. Elle a perdu en même temps la deuxième place au profit des USA.


La Tunisie a reçu 6,9 millions de touristes en 2009 soit 2,1 % de moins qu’en 2008, année de tous les records rappelons-le, prenant à contre-pied la crise mondiale. C’est l’année où, le nombre d’entrées, de nuitées ainsi que les recettes en devises ont de concert battu leurs records absolus historiques, ce qui est un fait assez rare pour le faire rappeler. Un recul de 2,1% en 2009 par rapport à cette année exceptionnelle est une performance en soi. Le marché  traditionnel d’Europe de l’Ouest a reculé de 8,8 % partiellement compensé par une hausse de près de 13 % du marché libyen chiffré à 3 millions de touristes. Les nuitées globales ont baissé de leur côté de 8,2 %. Quant aux recettes, elles ont enregistré une hausse de 2,1 % en atteignant 3,4 milliards de dinars. Si l’on peut à première vue regretter la baisse des nuitées, cela n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, dans la mesure où les recettes ont augmenté, car c’est la le véritable indicateur de bonne santé du tourisme d’un pays et de la rentabilité de l’exploitation hôtelière. En comparaison avec 2008, les recettes par nuitée ont donc augmenté de 10,5%. Ce fait est non seulement unique dans l’histoire du tourisme tunisien mais tout simplement inespéré même par les spécialistes et les connaisseurs les plus optimistes. Alors, faut-il qu’il y ait des crises pour que le tourisme tunisien entame une inflexion positive au niveau de ses prix ?


Pour 2010, en se basant sur l’amélioration des indicateurs économiques d’ensemble et les chiffres du tourisme international au cours des derniers mois de 2009, l’OMT prévoit une augmentation de 3 à 4 % des touristes dans le monde.

L’Asie devrait continuer d’enregistrer la reprise la plus forte, tandis que l’Europe et les Amériques devraient redémarrer plus lentement. On attend une reprise de la croissance au Moyen-Orient tandis qu’en Afrique, la tendance restera positive grâce au coup de pouce supplémentaire apporté par la Coupe du monde de football qui aura lieu en Afrique du Sud au mois de juin 2010.

Ce contenu a été publié dans Actualit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire